Quoi de neuf en télépathie ? [RTC212]

Une équipe pluridisciplinaire de l’Université de Washington a prépublié en septembre dernier un article parlant de son dernier essai de branchements de cerveaux humains les uns aux autres, qu’elle surnomme “BrainNet”.

Rajesh Rao et Andrea Stocco sont deux chercheurs menant des projets de echerche sur les interfaces directes entre cerveau et machine dans leurs laboratoires de l’Université de Washington. Impressionnantes, leurs expériences où des participants déplacent des drones ou des prothèses de bras à l’aide de leurs “seules pensées” n’ont pas manqué d’attirer l’attention médiatique [1].

Non sans raison : les premiers usagers de dispositifs utilisant les pensées humaines comme commandes directes pour des machines sont les personnes handicapées qui souhaitent interagir plus facilement avec leur environnement. En plus de répondre à un besoin crucial d’une population minorisée, la mise au point de ces interfaces alimente la recherche sur le fonctionnement du cerveau.

Depuis 2014, Rao et Stocco annoncent et publient des résultats d’expériences où il ne s’agit plus de commander une machine à l’aide d’un cerveau humain, mais de permettre l’échange de pensées entre deux personnes via la médiation d’ordinateurs. Leur prépublication de septembre 2018 sur arXiv [2], reprise sur des sites spécialisés, relate les résultats d’une nouvelle expérience dans cette lignée.

Détournement de matériel médical

Mais arrêtons-nous un instant : comment, déjà, fait-on pour capter ce qui se passe dans un cerveau ? Tout simplement en détournant une technique du monde médical : l’électroencéphalographie, développée au début du 20ème siècle.

Les participants à l’expérience, côté émetteur, sont invités à regarder l’une de deux lumières scintillant à deux fréquences différentes. La fréquence de la lumière sélectionnée est directement visible sur les courbes oscillantes du graphique : il suffit d’associer une lumière à une idée (par exemple, “oui”) et l’autre à une autre (par exemple, “non”) pour que l’ordinateur puisse s’y retrouver et identifie quelle “pensée” est à envoyer au récepteur.

La première étape de la “transmission de pensée” est terminée : reste à acheminer le message à son destinataire. Un autre appareil utilisé en médecine va aider.

La stimulation magnétique transcrânienne est une technique médicale un peu plus récente que la précédente, utilisée depuis les années 1980. Grâce à des impulsions magnétiques, elle force des zones qu’elle vise à s’activer. Si cette activité artificielle a lieu dans la partie du cerveau qui gère la vue, elle crée alors des phosphènes, des taches lumineuses sur la vision [3].

C’est exactement ce que fait l’ordinateur après avoir identifié la “pensée” à envoyer à l’humain récepteur du message : lui provoquer un phosphène pour un “oui” et rien pour un “non”.

Multiplier les connexions

L’équipe de Rao et Stocco employait ces techniques médicales dans un but de transmission d’information de cerveau à cerveau. La nouveauté présentée dans leur récent article vient du nombre d’éléments branchés : un second émetteur s’intègre au circuit, ce qui fait que le récepteur ne reçoit plus une mais deux “pensées” en même temps.

L’article évoque les possibilités futures de développement de ce système. Déjà, l’équipe voudrait faire en sorte que le système puisse échanger des messages plus variés : pour l’instant, la communication est un peu limitée.

Ensuite, elle aimerait bien faire fonctionner le circuit dans les deux sens, de sorte que chaque participant devienne à la fois un émetteur et un récepteur.

Enfin, elle voudrait multiplier le nombre de participants et créer ainsi un réseau de personnes aux pensées branchées les unes sur les autres, qu’elle appelle un “réseau social cérébral”. Petit nom de cette construction hypothétique : “BrainNet” !

Ne causons plus, pensons plutôt

En plus de participer à la recherche autour du fonctionnement du cerveau, l’équipe de recherche évoque aussi un vieux rêve technologique : trouver une méthode de communication et de mise en commun des informations meilleure que l’oral ou l’écrit, qui permettrait une meilleure société.

Inquiets que le branchement de plusieurs cerveaux humains sur un seul provoque de la confusion chez ce dernier, les chercheurs ont procédé à des expériences pour vérifier comment se comporte le récepteur de la transmission de pensée si l’un de ses deux émetteurs se met à lui transmettre des informations erronées.

Résultat : les participants auraient été capables de reconnaître lequel de leurs deux partenaires leur racontait des salades, et cessé de tenir compte de son avis.

C’est un début de bonne nouvelle, qui résonne avec les préoccupations actuelles vis-à-vis des fausses informations (les fameuses “fake news”) ; mis face-à-face avec la source de toute opinion, les tempêtes sous nos crânes elles-mêmes, nous serions donc capables de laisser de côté les idées erronées.

Hors de ce lointain projet de création d’un meilleur mode de communication, la poursuite de ces expériences peut en apprendre plus sur le cerveau lui-même, au même titre que les interfaces cerveau-machine. Peut-être que ces interfaces cerveau-cerveau, après avoir emprunté les appareils de la recherche médicale, pourront lui renvoyer quelques résultats en échange.


[1] Ce court reportage réalisé par la chaîne NBC en 2015 montre un florilège de leurs réalisations : https://www.youtube.com/watch?v=7t84lGE5TXA

[2] arXiv.org est un site Internet qui a pour but de constituer une archive des articles scientifiques produits dans différentes disciplines. On y trouve des versions d’articles en attente d’acceptation par un journal scientifique. Voici le leur : https://arxiv.org/pdf/1809.08632.pdf

[3] D’après ce rapport sur la sécurité de la stimulation magnétique transcrânienne datant de 2008, elle provoque aussi des crises d’épilepsie dans de rares cas : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1388245709005197

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s